Rechercher
  • Lucie Resteau

En finir avec le perfectionnisme !



La phrase qui se présente souvent tôt ou tard au cours des séances avec mes clientes et patientes est « Mais vous savez, je suis une perfectionniste ». Ma première réaction face à cette phrase est toujours de dire « Vous n’êtes pas perfectionnisme, vous avez peut-être une tendance perfectionniste mais vous n’êtes pas perfectionniste, cela ne vous définit pas ». Pourquoi est-ce que je tiens à faire cette différence entre l’être et la tendance (en dehors du cliché psy classique 😉), parce que si vous vous répétez sans cesse que vous êtes perfectionniste, que cela vous qualifie, qualifie votre personnalité, comment voulez-vous pouvoir changer cela ? En vous répétant constamment que vous êtes perfectionniste, vous vous confirmez que cela fait partie de vous et d’une certaine manière vous vous trouvez une excuse pour continuer à adopter vos comportements perfectionnistes. « Je me tue à la tâche pour que ma maison soit nickel, c’est normal je suis une perfectionniste ; Je bosse jusqu’à des heures impossibles pour le boulot, c’est normal je suis une perfectionniste ». Et progressivement, sans vous en rendre compte, vous vous perdez, perdez le sens de ce qui importe vraiment pour vous dans la vie car la valeur principale qui devient la boussole qui oriente tous vos comportements et votre pensée est le perfectionnisme.


Pas de panique, si vous lisez cet article, cela signifie que vous vous en rendez compte. Prendre conscience de son problème est un problème à moitié résolu. Le premier pas est donc de commencer par vous dire que vous n’êtes pas perfectionniste mais que vous avez tendance à adopter des comportements ou des pensées perfectionnistes. En effet, vu comme ça, vous pouvez agir pour challenger vos pensées et modifier les comportements qui ne vous correspondent plus. Cela ne se fera pas en un jour évidemment, mais c’est le début de votre cheminement vers plus de lâcher prise et d’acceptation.



QU'EST-CE QUE LE PERFECTIONNISME?

Si vous avez des tendances perfectionnistes, vous vous fixez des objectifs en suivant des standards très difficiles, voire impossibles à atteindre. Pour vous, non seulement le résultat des tâches que vous accomplissez doit être parfait, mais également chaque petits détails pour y arriver. Ce qui peut faire que

  • Vous procrastinez vos tâches, vos projets car vous pensez que vous n’aurez probablement pas le temps de les faire convenablement ou que vous devez d’abord devenir parfaite dans un domaine pour pouvoir entamer tel ou tel projet.

  • Vous prenez parfois beaucoup de temps pour réaliser des tâches car vous passez énormément de temps sur chaque détail.

  • Vous avez du mal à travailler en équipe et à déléguer car vous ne pensez pas que les autres puissent atteindre vos standards (entre nous, vos standards sont subjectifs 😉 différent ne veut pas dire moins bien).

  • Vous doutez constamment de vos compétences et refusez d’accepter vos limites et imperfections (bien sûr, tout doit-être parfait, vous également).

  • Votre valeur dépend de votre réussite et vos succès pas de vos efforts pour arriver à cette réussite et ces succès.

  • Vous gérez très mal la critique et vous êtes votre pire juge.

  • Vous vivez vos erreurs comme des défaites.

  • Vos standards d’auto-évaluation s’élèvent sans cesse, vous laissant anxieuse, coupable ou honteuse.

  • Vous avez peur de l’échec et de l’avenir.

Je vous l’accorde, ce n’est pas très sympa comme tableau et je le comprends d’autant plus que je suis également passée par là, et que, dans les moments de doute, ces modes de fonctionnement et de pensées peuvent revenir au galop mais la prise de conscience et le travail de lâcher prise m’aide à ne pas retomber dans ces travers qui en définitive nous empêchent de vivre notre vie.


COMMENT SE DEBARRASSE-T-ON DE NOTRE PERFECTIONNISME ?

C’est la question à 10000 dollars, euros, peu importe. Voici quelques pistes pour modifier vos schémas de pensée et vos comportements perfectionnistes ainsi qu’arrêter la procrastination.


CHANGER VOS PENSEES PERFECTIONNISTES

1. Prendre conscience et accepter

Comme pour tout changement, la première étape est de se rendre compte qu’il y a un problème et… ACCEPTER que cela vous pose un problème. Je mets l’accent sur ACCEPTER car il arrive que des personnes viennent me voir en me disant que leur perfectionnisme est un problème mais en définitive quand on en discute, ils ne souhaitent absolument pas changer leurs comportements. Tant qu’on ne décide pas consciemment que notre perfectionnisme entrave notre vie et que nous serions plus heureuse sans lui, il sera impossible de pouvoir leur surmonter.


2. Revoir vos standards à la baisse

Comme, je l’ai expliqué plus haut, le problème du perfectionnisme est de se fixer des standards d’excellence très voire trop exigeants ou impossibles à atteindre. Revoir ses standards pour les remplacer par des pensées réalistes et se les répéter comme des affirmations, permet de nous détacher petit-à-petit de nos standards irréalistes (et j’insiste sur le irréaliste 😉)

Quelques exemples:

« La vie n’a pas besoin d’être parfaite pour être belle »

« Tout ce que je peux faire, c’est faire de mon mieux et c’est bien assez »

« Faire des erreurs est la preuve que j’ai essayé et me permet d’apprendre pour ressortir grandie de l’expérience »

« La réussite est l’accumulation d’échecs, d’erreurs, de faux départs, de confusion et la volonté de continuer malgré tout » Nick Gleason


3. Adopter différentes perspectives

Face à une situation où vous vous mettez la pression et vous vous imposez des standards irréalistes, vous pouvez vous demander

  • ce que la plupart des gens réussiraient dans cette situation

  • si vous avez pris en considération tous les paramètres de la situation comme, vous avez eu beaucoup trop de travail, c’est normal que vous n’arriviez pas à tout finir

  • ce que vous diriez à un ami dans la même situation


4. Voir plus grand

Si vous vous attachez de trop aux petits détails, vous pouvez remettre en question vos pensées perfectionnistes en vous demandant

  • Est-ce que vraiment cela a de l’importance que cela soit si parfait ?

  • Quel est le pire qui pourrait arriver si je ne le faisais pas ou si je le faisais moins bien ?

  • Quel est le pire qui pourrait arriver ? Vais-je survivre si je ne suis pas si perfectionniste pour tel ou tel détail ?

  • Est-ce que le fait de m’attacher tant à ce petit détail aura toujours tant d’importance demain ? Après-demain ? Dans un an ?

5. Faire des compromis

Faire des compromis veut dire que vous vous demandez quel niveau d’imperfection vous seriez prête à accepter.

Par exemple, si vous pensez que faire une erreur durant une présentation donnera l’impression que vous êtes stupide, vous pouvez vous demander « Quel degré d’imperfection puis-je tolérer durant cette présentation pour avoir toujours l’impression que je serai compétente ? ». Cela peut se faire par étapes, en vous accordant d’abord 3 heures de préparation au lieu de 4h30, accepter ensuite d’avoir 50% des personnes vous félicitant et pas 90%, accepter que 3 erreurs se soient glissées dans vos slides. Peu importe, pour autant que vous acceptez de faire des compromis avec votre mode de fonctionnement habituel.


MODIFIER VOS COMPORTEMENTS PERFECTIONNISTES

Comme je l’ai évoqué plus haut, l’une des peurs des personnes présentant des comportements perfectionnistes est la peur de faire des erreurs ou d’être imparfaites. Pour attaquer cette peur à bras le corps, l’une des techniques est de vous prouver par l’action que ne pas être parfaite ou commettre des erreurs n’est pas la fin du monde et que vous pouvez survivre et même plus, vous pouvez apprendre et grandir de ces expériences.

Notez qu’ici, il est important de réaliser ces exercices plusieurs fois afin de devenir de plus en plus confortable avec l’imperfection et le fait que les choses ne se passent pas exactement comme vous le souhaitiez.


Quelques exemples de choses à essayer pour en finir avec vos comportements perfectionnistes

  • Laissez un peu de désordre dans un endroit visible de votre maison

  • Perdez exprès le fil de ce que vous racontiez durant une présentation

  • Dîtes aux gens quand vous êtes fatiguée ou partagez un sentiment que vous considérez comme une faiblesse

  • Laissez exprès des silences durant une conversation


SURMONTER LA PROCRASTINATION

Si la peur de commettre des erreurs contrôlent votre vie à tel point que vous n’entreprenez plus de peur de ne pas réussir les choses à la perfection, il peut être utile de

  • Voir vos projets comme la somme de petites étapes à atteindre plutôt qu’une grosse montagne. A chaque étape atteinte, félicitez-vous, offrez-vous quelque chose qui vous fasse plaisir (matériel ou non, cela peut simplement être aller vous promener 30 minutes pour vous détendre 😉). Et surtout, souvenez-vous que le but est d’atteindre les étapes pas de les faire parfaitement.

  • Choisir vos priorités plutôt que de vous laisser emporter par vos automatismes et considérer que tout est primordial, établissez une liste de vos priorités dans laquelle vous décidez ce qui est de haute importance et ce qui peut être mis de côté.

FELICITEZ-VOUS, PRENEZ SOIN DE VOUS

Il est certain que dépasser ses peurs et casser des habitudes qui se sont établies depuis des années n’est pas un exercice facile. Cela demande du courage, de la persévérance et un investissement personnel. C’est pourquoi il est primordial que vous vous félicitiez d’avoir ce courage, cette persévérance, que vous soyez fière de votre investissement en vous-même. Alors, peu importe ce qui vous fait du bien dans la vie, célébrez vos changements que ce soit par vous offrir un massage, un verre de champagne, une promenade… Prenez soin de vous, vous le méritez et cela ne rendra que plus facile votre changement au quotidien.

135 vues0 commentaire