• Lucie

La pleine conscience, technique de hippie ou compétence puissante pour transformer votre vie ?

Comment quinze minutes d’exercice de respiration consciente ont bouleverser ma vie.


Ici et maintenant

Il y a quelques années, au gré de mes premières études, j’ai découvert la pleine conscience. De prime abord, cette technique m’est apparue comme davantage appropriée pour des personnes un peu hippie branchées ésotérisme, énergie, méditation qui ne me ressemblait pas.


Cependant, quelques années plus tard, lors de ma formation en psychologie positive, il se fait que le sujet est revenu sur la table. Je ne pus y échapper, me dire à nouveau que ce ne devait pas être pour moi, car lors de l’un de nos tout premier cours, le professeur a décidé de lancer un exercice de 15 minutes de respiration en pleine conscience. Pour une personne comme moi qui n’avait jamais pris vraiment le temps de m’arrêter sans rien faire, cet exercice généra une succession inattendues d’émotions :


  1. Tout d’abord, j’ai trouvé cela hilarant. Je ne pouvais m’empêcher de rire de moi-même, assise les yeux fermés, à écouter ce professeur qui nous demandait de « simplement être ici et maintenant »

  2. Puis, petit à petit est venu un sentiment d’inconfort. Non mais sérieusement, il n’y avait-il pas mieux à faire que rester assise avec les yeux fermés en me concentrant sur ma respiration. Enfin, essayer de me concentrer sur ma respiration parce que mon cerveau, pas du tout habituer à rester en place (tout comme moi dans la vie de tous les jours), n’en faisait qu’à sa tête. Jugement sur moi-même qui devait avoir l’air d’une idiote les yeux fermés, m’interroger sur ce que les autres faisaient, me demander ce que je mangerais le soir, … ça partait dans tous les sens. Bref, je n’étais pas du tout dans le moment présent.

  3. Et puis, soulagement mes épaules se sont détendues, mon cerveau a ralenti. Le professeur nous a expliqué (toujours dans l’exercice) que c’était normal si notre cerveau partait tout azimut, que c’est ce qu’il faisait naturellement. La seule chose que nous pouvions faire en réponse était de simplement reconnaitre quand nos pensées nous avaient égarés et puis revenir à la concentration sur la respiration et les sensations dans notre corps.

  4. Et enfin, légèreté. Pour clôturer l’exercice, juste avant d’ouvrir les yeux, le professeur a simplement dit « Et maintenant, avant d’ouvrir les yeux, vous pouvez vous remercier d’avoir pris ces quelques minutes pour vous ». Quelque chose que je ne faisais que très peu.

Quand j’ai réouvert les yeux, mon regard sur la pleine conscience avait totalement changé. Quinze petites minutes de tumulte émotionnel entre hilare, inconfortable, soulagée et finalement légère avait rendu cette « technique » de hippie intrigante, intéressante et bouleversante. Si après ces quelques instants sans aucune expérience préalable, la pleine conscience pouvait créer un tel chamboulement. Qu’en était-il sur le long terme et surtout comment cela pouvait-il m’aider et aider mes clients à changer leur vie ?


Ce sont de ses questionnements qu’est né un an de recherches approfondies sur les origines, les techniques et les bienfaits de la pleine conscience. Mais au-delà des recherches, la pleine conscience comme compétence, état d’esprit, outil, ne s’apprécie vraiment que par la pratique. Au fur et à mesure des mois, et maintenant des années, je suis passé d’une personne vivant sa vie en auto-pilote, me laissant guidée par mes pensées et émotions sans jamais les questionner, vers une personne qui a appris à poser un autre regard sur ses pensées et émotions, à choisir consciemment ce que je souhaite en faire afin de vivre une vie qui me convienne.


Si je pense que ce témoignage est important, c’est parce que de prime abord, j’avais mal jugé le pouvoir que pouvait avoir apprendre à ralentir, à observer nos pensées, nos émotions, nos sensations. Spécialement pour une personne comme moi qui était tout le temps dans l’agir, très connectée aux autres et très peu connectée à moi-même. Il y a des personnes chez qui la pleine conscience, innée pour tous, est par nature très développée. Pour d’autres, biologie et expériences de vie ont fait de cette compétence une compétence présente mais à développer pour bénéficier de ses bienfaits. C’est d’après mon expérience personnelle (et d’après de nombreuses recherches scientifiques si cela peut vous rassurer 😉), la première clé pour un épanouissement personnel durable et une (re)connection avec soi-même.


Alors, pourquoi ne pas tenter l’expérience des quinze minutes de pleine conscience par vous-même ?

Rendez-vous sur la page d'accueil de mon site et recevez GRATUITEMENT la même simple méditation pleine conscience qui a bouleversé ma vie dans votre boite mail.

©2020 par Lucie Resteau. Créé avec Wix.com